Concours solidaire coeurs de Lyonnes – Palmarès

logo

Il y a deux semaines a eu lieu le concours d’écriture solidaire organisé par Cœurs de Lyonnes. Les participants avaient 24 heures pour écrire un texte de 2000 signes sur le thème, dévoilé au dernier moment : Enfant(s) du désert.

Le jury était composé de Danielle Akakpo, Benoît Camus, Valérie Laplanche et moi-même.

50 personnes ont répondu à cet appel, nous révélant de fort jolies histoires. Le choix ne fut pas facile…

Comme promis voici donc le palmarès  :

1er prix – Guillaume Bianchi pour Souvenirs de l’oncle Ibrahim…
2ème prix – Olivier F. Thomas pour Juste un entraînement
3ème prix – Patricia Roger-Ammar pour Nomade

et puis, juste pour leur tirer mon chapeau aussi, parce que tout s’est joué à quelques dixièmes de points, les 5 suivants :

4 – Michèle Fiquémont pour L’arbre de vie
5 ex-aequo – Clara Delange pour Anir, l’ange du désert
et – Marie Cart-Tanneur pour Urgences
6 – Alain Kotsov pour Clic !
7 – Edith Lévêque pour La fugue

Un Prix Spécial a été également attribué à notre plus jeune concurrente : May-Line Bonine (13 ans !) pour Archimède


Un recueil verra sans doute le jour, mais on vous en dira plus très bientôt.

 


Catastrophe !

Il y a quelques mois était organisé par l’association Libres plumes le concours international de la nouvelle humoristique 2017. J’ai eu le plaisir de faire partie du comité de pré-sélection de ces nouvelles, et j’ai rencontré des gens formidables lors de la remise des prix en mars dernier !

Voici le lien pour obtenir le chouette recueil rempli de catas en tout genre qui sert de témoignage écrit à cette aventure !

 cata



Mets présidentiel

Le Président s’escrimait depuis deux bonnes minutes sur le bouton d’appel. Les domestiques n’apparaissaient toujours pas. J’aurais dû commander une pizza… Il rajusta d’une main fraîchement manucurée la serviette brodée de ses initiales dans le col de la chemise de son costume sur-mesure, laissant apparaître à son poignet une montre en or sertie de pierreries, lissa ses cheveux teints en balayant du regard les dorures ornant murs et plafond. Je vais virer tous ces c….

- B… mais qu’est-ce qu’ils f… en cuisine ? Eh, oh, ils arrivent, ces p… de champignons ?

Il allait se remettre à martyriser le boîtier qu’il tenait toujours dans l’autre main quand il remarqua sur la table, à côté de ses couverts, un appareil identique.
Également équipé d’un bouton.

Gris, celui-là.

 



Prochains salons

Prochains salons où je ferais volontiers une apparition:

Je serai à la Convention SF de Grenoble du 13 au 16 juillet.

Prochains salons dans 2 - Vieufou en vadrouille a2_portrait_5-1s-vecto-213x300

j’ai une furieuse envie d’aller ensuite présenter mes livres à Fréjus (renseignements demandés), aux aventuriales de  Ménétrol et à Aurilac entre les mondes (points de chute à trouver), et à Fantasy en Beaujolais en novembre (là encore, trouver où dormir avant de m’inscrire…) :

image

sans-titre

 dans 2 - Vieufou en vadrouille

Mais pourrai-je être partout ? à suivre…



Concours de nouvelles Coeurs de Lyonnes 2017

Rappel :

Mon amie Emma, talentueuse nouvelliste, participe au rallye solidaire Cap Femina 2017.
Diverses actions sont menées en amont, dont un concours de nouvelles en 24 heures, qui aura lieu bientôt…

Une petite explication du projet dans cette vidéo :

Le règlement du concours est ici,

Inscrivez-vous (5€)

Le sujet sera donné le 12 mai à 19 heures.

Les copies (2000 signes) ramassées 24 heures plus tard.

Je peux déjà vous dire que je fais partie du jury !

Le 1er prix consistera en un séjour pour 2 personnes (nuit + petit-déjeuner)
à l’Hôtel *** Sables d’Ocre, à Roussillon (84)  (www.sablesdocre.com)

Soyez inspirés !



Réplication

Je présentai au Sénat mon Réplicateur. Ce devait être la plus belle invention depuis la photographie, sur le principe duquel elle était calquée. Je venais de créer une réplique exacte de ma personne parfaitement autonome et je montrais les différentes fonctionnalités de mon invention à l’auditoire subjugué quand survint le drame : la machine se bloqua en mode rafale. Quand l’armée parvint enfin à la détruire, c’était trop tard : la France était devenu le pays le plus peuplé au monde.



L’âme du terroir – larmes du terroir

Quand tu te fais une joie d’aller au salon du livre de Tain l’Hermitage, patrie du bon vin située à douze bornes de chez toi, organisé sur trois jours, et annoncé ainsi:

« Salon des auteurs de Drôme et d’Ardèche – Ils ont laissé tremper leur plume dans l’âme du terroir »

dont l’affiche présente un verre de vin rouge (pour le pays de l’Hermitage, quoi de plus naturel et de plus alléchant ?) et une plume dont le bec trempe dans une goutte du précieux nectar, tu te dis que ça va être sympa, tu t’imagines une grosse machinerie bien rôdée, de la pub un peu partout, des airs de fête de village pendant trois jours, la convivialité, les auteurs se retrouvant pour manger dans un petit resto de quartier, de quoi faire travailler l’économie locale et se faire connaître, se montrer. Rendez-vous compte : trois jours ! il peut s’en passer, des choses en trois jours autour d’un tel événement : jeux littéraires, partenariat avec les écoles, collèges, lycées,  MJC, bibliothèques, associations culturelles, par la création de textes ou d’illustrations avec les enfants en lien avec le thème du salon, exposition des œuvres et textes réalisés, stands de fabrication de papier recyclé, imprimerie artisanale, concours de poésies ou de nouvelles, sans compter un stand ou deux présentant les produits « du terroir », peut-être une dégustation vin-caillettes-ravioles-pognes (spécialités du coin) ou que sais-je… les idées ne manquent pas et tous ces auteurs et ces lecteurs potentiels attirés par leur progéniture venant flâner devant les stands, faisant vivre l’événement… D’autant qu’au moment de l’inscription on vous fait miroiter un peu de tout cela en demandant aux auteurs s’ils souhaitent faire des lectures aux enfants le vendredi, augurant des activités autour du livre…

thumbnail_affiche

Quand on t’envoie un mail deux ou trois jours avant le salon en te disant “Finalement le vendredi on n’ouvrira pas au public avant 13h30 (au lieu de 10 heures) donc vous pouvez ”prendre votre temps” pour vous installer, et de toute façon l’après-midi sera « uniquement consacrée aux scolaires »… Bon, si j’aurais su ça avant j’aurais venu à 13h20, ça m’aurait évité de réserver un repas ce jour-là, voire même j’aurais pas venu du tout le vendredi. De fait, mes camarades et moi-même avons eu laaaaaargement le temps de nous installer…

100_4824

VENDREDI Quand dès ton arrivée le premier matin le cadre est posé : la salle se trouve devant l’église, sur une toute petite place jouxtant un parking, sous un immeuble d’habitation, presque introuvable à qui ne connaît pas les lieux. à son fronton, les lettres Salle Charles Trénet, devant elle une pancarte de 20X30 cm invisible à plus de 5 mètres indiquant “salon des auteurs”. La plupart des commerçants alentours semblent ne pas être au courant de la tenue du salon. une dizaine d’auteurs remplissent donc pour le moment le fond de la salle des fêtes, encore (déjà) bien vide, dont un coin et la scène sont meublés de petits fauteuils colorés pour les ateliers lecture. A part ce détail, aucun signe d’une animation quelconque. Sur la place déserte, presque personne ne passe, et ne s’arrêtent sur les bancs devant la salle que quelques poivrots, la canette de 8°6 à la main et l’œil hagard. Il fait beau, le soleil tape. 

Quand heureusement tu retrouves à l’intérieur, Anne-Marie et Denise, rencontrées lors de précédents salons et que tu te dis : au moins, on va rigoler…

100_4814

mon petit standounet…

Quand une fois installé on t’offre l’apéro chips-cacahuètes-Tuc et que tu te dis adieu veaux en gelée, vaches en verrines, cochons de lait, terroir annoncé, terrine et caillettes fantasmées. Même un pauvre saucisson aurait été le bienvenu. Du jus d’orange, quelques bouteilles de blanc pour faire glisser, car tu dois être fatigué après ces deux heures d’installation, et c’est l’heure de passer à table. Plateaux-repas en plastique à 12,50 préparés par le traiteur du coin et… vin rouge en cubi de 3 litres. Oui, vous avez bien lu, ne réglez pas l’image de votre ordinateur. Dans le pays de l’Hermitage, et avec un restau à moins de 50 mètres face aux quais proposant des prix abordables, ça te laisse pantois.

Quand tu t’aperçois que par exemple Chapoutier, les célèbres vins tainois, ne sont pas associés à cette manifestation “culturelle” du Terroir, et que même la Cité du chocolat, Valrhôna, située à 200 mètres, n’est pas au courant de l’événement non plus, tu te dis :

« Ô combien de flyers et combien d’affichettes

Ont été distribuées aux commerçants tainois ?

Et combien de rappels dans le canard local,

Ou sur les ondes F.M ont ils été émis ?

Où sont les capitaines, et les marins-auteurs

Sont-ils seuls embarqués dedans cette galère ? »

Quand l’après-midi se passe sans un seul visiteur, ou si peu – merci Marcus, seulement rythmée par le passage de 4 classes de primaire et maternelle venues écouter les histoires des quelques auteurs jeunesse présents, et que tu commences à flipper ta race.

100_4815

100_4816

Anne-Marie Quintard, dite Romy la Banquière, captive son auditoire

Quand tu guettes désespérément un car de japonais égarés et qu’enfin vers 17h30, ô joie suprême, une dizaine de lecteurs potentiels mais pas franchement japonais franchissent timidement le seuil du salon pour voir de quoi il retourne, amenés par leurs enfants.

Quand au même moment les organisateurs te demandent de ranger tes livres pour la soirée car une conférence-diaporama sur « les anciennes familles de Tain l’Hermitage ; de Cordoue àet de Florans » a lieu à l’emplacement de ta table à 18h30 et qu’ils vont devoir la déplacer.

SAMEDI Quand à ton arrivée, en réinstallant  ton stand tu entends qu’un auteure n’a pas réservé son repas de midi et que tu choisis généreusement de lui donner ta place, ayant encore à l’esprit le plateau repas en plastique et le cubi de la veille.

Quand tu te cultives un peu parce que tu es aussi venu là pour ça  et que tu vas flâner devant l’église pile 667 ans après ces deux-là…

100_4821100_4820

Quand le salon est estampillé “des auteurs Drôme-Ardèche », et que les organisateurs choisissent Jacotte Brazier, pourtant lyonnaise, pour en être la marraine et venir parler de sa célèbre grand-mère, éminent personnage lyonnais de la gastronomie française. Quand Jacotte s’avère être ta voisine de table et que tu découvres un personnage atypique, de fort caractère et très sympathique.

images

Quand la marraine du salon elle-même est gênée (à juste titre) de l’absence de visiteurs, de l’incongruité de sa présence et du manque d’organisation et de communication du salon, et qu’elle te confie même avoir menacé de ne pas venir.

Quand d’ailleurs à l’inauguration officielle les “huiles” de la mairie se barrent juste après son arrivée et la photo protocolaire.

Quand la matinée se déroule presque sans visiteurs et que là, tu es vraiment inquiet. Quand du coup vers midi trente tu files avec Denise manger un sandwich face au fleuve avec la ferme intention de t’y jeter…

100_4819

Quand tu t’aperçois quand même en regagnant la salle que ça n’a pas dû rigoler il y a deux ans dans le quartier…

100_4818

Quand une des organisatrices, fort sympathiques au demeurant,  s’en va dès le samedi midi et que tu ne la reverras plus du salon…

Quand le faux argument “il fait beau, les gens vont se promener” avancé pour excuser le peu de visiteurs te paraît aussi peu recevable et t’insupporte autant que “il pleut les gens ne sortent pas”. Parce que tu as déjà participé à des salons bien plus peuplés malgré la pluie ardente ou le soleil battant.

Quand une araignée commence à s’intéresser à ton stand et entame une toile entre tes bouquins et toi, tellement ton immobilité la bluffe…

100_4825

le pic de fréquentation du samedi

Quand le bar, à l’entrée de la salle, n’est pas nettoyé de tout l’après-midi et expose aux (rares) visiteurs les reliefs de l’apéro et du café.

Quand le deuxième jour vers 16h30 on vient quand même t’apporter une petite bouteille d’eau (pour trois tables) mais quand juste après on installe trente chaises devant ta table, pour la conférence de Jacotte Brazier qui a lieu à 17 heures en plein milieu de la salle, interdisant à de potentiels lecteurs l’accès à tes bouquins pendant l’heure et demie qui reste.

Quand de toute façon ladite conférence n’attire pratiquement que les auteurs présents au salon, accentuant la gêne de la conférencière sans l’empêcher pourtant de consciencieusement “faire le job”…

DIMANCHE Quand le matin tu t’aperçois qu’il n’y aura pas plus de monde que les deux jours précédents et que tu décides, dépité, avec les coupines, d’aller distribuer les flyers aux passants dans la rue, dans les commerces et à la sortie de la messe, en désespoir de cause, au lieu de les laisser pourrir sur le bar de la salle. Les flyers, pas les passants ni les coupines, eh, ho, faut suivre un peu…

Quand tu décides quand même de manger avec le groupe le midi, pour profiter de la présence et de la verve de Jacotte, (pour l’instant en larmes devant la salade de lentilles et le rôti de porc froid de son plateau-repas), discuter avec les nouveaux coupaings et ne pas gaspiller un plateau commandé depuis l’inscription.

Quand quelques minutes avant le repas, une organisatrice te dit “en fait je ne mange pas avec vous, mon mari a préparé le barbecue et la salade composée dans mon jardin” et s’en va, et que les deux derniers organisateurs présents nous balancent “nous on va manger au restaurant à St Vallier, on vous laisse la boutique” et se tirent aussi.

Quand l’une revient dans l’après-midi et attaque la compta du salon au milieu des tables vides et des quelques visiteurs présents.

17888839_1762526710427914_1484035779_n

avec mes complices Denise Raimond et Anne-Marie Quintard

Quand les deux autres organisateurs reviennent à 17h, l’air repus, la panse rebondie, le sourire éthylique, te demandent, limite narquois : « alors, y a eu personne? » et se fendent après ta réponse négative d’un “Bon ben on va fermer alors” tandis que le fils d’une organisatrice fait grincer bruyamment sur le sol les tables et les chaises qu’il est en train d’enlever depuis un quart d’heure, laissant entre les tables des auteurs encore présents des trous béants semblables à des dents arrachées à une mâchoire pourrie, et ce malgré la présence et l’arrivée de quelques visiteurs tardifs.

100_4826

des auteurs sont encore présents ? pas grave, on démonte les tables libres autour d’eux.. comme ça ils comprendront peut-être qu’il faut qu’ils partent.

Quand tu as resserré le cercle de tables, suite au départ après le café d’une Jacotte dépitée, pour que la salle ne ressemble quand même pas trop à une mâchoire cariée et que l’organisateur te dit en revenant, l’air énervexé “ah, vous avez changé la disposition ? y en a qui préfèrent le carré plutôt que le rond, je vois… » et que tu te forces à rester poli en expliquant pourquoi tu as osé blasphémer en bougeant deux pauvres tables….

Quand tes coupines sont obligées de te libérer de la toile de l’araignée enfin achevée, parce que tu attires déjà quelques mouches…

Quand tu te casses enfin à 18 heures 15, fatigué et perplexe, ayant vu défiler moins de 80 personnes en trois jours (hors scolaires), et rencontré des organisateurs finalement peu concernés par leur propre manifestation « culturelle », qui aurait pu malgré « la météo » être un événement vivant et riche, au prix d’un investissement un peu plus important.

Quand tu ne sais plus si tu dois être en colère ou juste dégoûté devant un salon aussi adynamique.

Quand enfin tu te demandes par quel bout rédiger le compte-rendu du salon ni si ça en vaut la peine, parce que tu n’aimes pas spécialement casser les gens juste pour le plaisir, mais là quand même…

Quand tu te dis qu’au moins tu auras passé de bons moments avec Anne-Marie et Denise, réentendu moult fois grâce à cette dernière l’expression « Y a dégun ! », revu quelques têtes familières, et que tu te seras fait de nouveaux coupaings, Eric et Michaël, avec lesquels tu as larrrrrrgement eu le temps de faire connaissance…

100_4817

Denise est-elle en train de peaufiner sa signature pour les autographes????

Quand tu as quand même réussi à accrocher de nouveaux lecteurs (dont quelques auteurs). Mille mercis à Lydie, Anne-Marie, Marcus, Annick, Nathalie et Hélène, grâce à vous c’est passé plus vite… Bonne et horrifique lecture !

Quand du coup tu ne sais vraiment pas si tu as envie d’y retourner l’année prochaine. à moins de sacrées améliorations, telles que celles esquissées dès les premières lignes de cet article.

Ce terroir-ci n’a guère d’âme hélas. Du moins est-elle restée cachée.



un dimanche littéraire à Charols

Aujourd’hui se tenait à Charols, près de Saoû, la première édition du  salon du livre organisée par l’association Lire en Valdaine.

15871826_1825487331001799_1106197230262358667_n

Après une soirée fort sympathique chez mon ami Serge Sommer, passée à parler théologie autour de son prochain livre, nous nous rendîmes tous deux ce matin à la salle des fêtes où avait lieu le salon. Accueillis par une équipe dynamique, nous eûmes la joie de constater que, pour une première, la fréquentation allait bon train. Déjà une centaine de visiteurs étaient passés dans les allées à la pause de midi, malgré un temps maussade.

100_4777

2017-04-04

2017-04-04 (1)

Ce fut l’occasion de retrouver les copains, Laurent Bret, Marie Garnier et Sylvie Arnoux, marraine du salon, de revoir Martine Galati, qui animait le coin lectures, Nathalie Bagadey et Anne-Marie Quintard, croisées sur un précédent salon, et Luober, rencontré lors du salon de Beauvallon il y a quelques semaines (et qui gagna le concours de poésie organisé par Lire en Valdaine pour l’occasion).

100_4780

Sylvie, notre marraine !

Un très bon repas nous fut ensuite servi au restaurant Le Maya’s, proche de la salle dans laquelle se déroulait le salon, pendant lesquels nous fîmes un tour de table afin de nous présenter.

100_4782

Marie Garnier

100_4783

Les organisateurs avec Sylvie

100_4787

Laurent s’entraîne aux Dabs !

Nathalie Bagadey

avec Nathalie Bagadey, auteure fantasy

Je fis également la connaissance de Denise Raimond, auteure d’un livre intitulé « Trisomique, pas mongolien », ainsi que celle de Mich’elle Grenier, facétieuse poétesse dont le nom ne m’était pas inconnu puisque nous avions « voisiné » dans le recueil   »Ils furent heureux »  paru en 2010 aux éditions du Bord du Lot suite à un concours de nouvelles.  Mich’elle nous régala pendant le repas d’un savoureux poème et me combla, ensuite, en m’en récitant deux autres au creux de l’oreille (!) au bout d’un long tube, rien que pour moi, originale et poétique façon de dire de la poésie…

100_4785

Mich’elle Grenier

100_4788

L’événement attira environ 400 visiteurs, joli succès pour une première. J’eus le plaisir de dédicacer deux exemplaires de mon recueil Infemmes et sangsuelles, deux Jeux de dopes et un Du plomb dans l’aile. Je remercie encore Stanislas, Nico, Pierre et Nathalie, ainsi que tous ceux qui sont venus me voir sur mon stand et se sont intéressés à mes univers. Mich’elle pour la gentille dédicace sur son recueil « Les fables se rebiffent ». Et les organisateurs pour leur bonne humeur et leur accueil. Un salon que je referai avec joie l’année prochaine.



Méry-res sur Oise

Je vous parlais il y a quelques temps de l’invitation qui m’avait été faite par Elodie Torrente à participer au concours international de la nouvelle humoristique organisé par l’association Libres plumes, en tant que membre du jury de présélection des textes. Le thème était une citation,  »Dans la vie, il y a deux périodes : la première on attend les catastrophes, la seconde,elles arrivent. » tirée du livre Mon dernier cheveu noir : Avec quelques conseils aux anciens jeunes, de Jean-Louis Fournier (éd. Anne Carrière, 2007), qui a bien voulu accepter d’être président du jury de ce concours.

sans-titre

Chacune des 102 nouvelles reçues dans le cadre du concours fut décortiquée par onze paires d’yeux appartenant au monde de l’édition ou de l’écriture, puis évaluée afin de déterminer les 15 « coups de cœur » susceptibles d’être présentés au jury final.

Cette aventure se poursuivit de bien belle manière le week-end dernier avec la remise des prix du concours, lors du salon du livre de Méry sur Oise.

17155497_386006055089117_1640025069303619501_n

Je m’y rendis dans la ferme intention de passer un week-end sous le signe de la rigolade, ou du moins de la détente. Et je n’ai pas été déçu du voyage!

Samedi, je fis la connaissance dans le train de Coralie Bailleul, papivore chez Short éditions. Rejoints sur le parvis de la gare Montparnasse par Anita Berchenko, livrophage aux éditions du 38 et Céline Santran, auteure joviale et échevelée, faisant toutes deux partie du jury final, nous convergeâmes ensuite en RER vers la gare de Méry sur Oise, où nous attendait Steph, le président de Livres Plumes.

Véhiculés par notre hôte nous fîmes un charmant tour dans la campagne auversoise (durant lequel j’eus l’impression étrange de me promener dans certaines toiles de Van Gogh) et nous arrêtâmes brièvement dans le petit cimetière où, sous un grand drap de lierre, le peintre, d’une oreille, dort paisiblement à côté de son frère Théo.

100_4709

D’autres plumes nous ayant rejoints (Sophie Dolleans et Olivier Darcourt), la soirée se poursuivit sous les meilleurs auspices avec l’apéro offert par Elodie, suivi d’un repas moléculaire au restaurant, fort agréable pour les papilles et le moral, qui me permit de faire plus ample connaissance avec cette joyeuse bande (dont la plupart des membres étaient déjà bien complices) de rire-sans-pince.

100_4712

Michèle, Anita et Olivier

100_4713 (2)

Sophie, Céline et Coralie

100_4716

Je ne sais si c’est l’effet du vin, des billes de sauce à la pomme ou à l’échalote, ou à la propension naturelle de chaque convive à la bonne humeur, mais cette soirée fut très réussie et le taux de rires espéré, vite atteint, fut largement dépassé.

Nous fûmes ensuite ramenés à nos gîtes respectifs, ces dames sur place (ou presque) tandis qu’Olivier et moi-même étions exilés au fin fond du département.
Après une bonne nuit de repos, nous nous rendîmes au château de Méry et je gagnai mon emplacement, où m’attendait Benoît Camus, mon compère du forum Maux d’auteurs,  membre du jury de présélection tout comme votre serviteur.

100_4742 (2)

Autant vous dire que la matinée passa vite en si bonne compagnie et dans un décor rêvé pour un salon littéraire (même si nos places sur le stand Libres plumes étaient légèrement exiguës).

100_4751 100_4749 100_4748

100_4753

mon petit stand réduit à l’essentiel

Les membres du jury final ayant délibéré, nous nous retrouvâmes pour le déjeuner dans un étrange et pittoresque restaurant aux murs ornés d’œuvres d’art, le Ratapoil, et son sympathique patron.

100_4720

100_4743

100_4744

de bien singulières décorations…

100_4735

100_4745

Daumier en plein travail…

100_4721 (2)

Jean-Louis Fournier, Elodie et Steph, de Libres plumes

100_4722 (2)

Michèle, Coralie et Olivier Maulin

100_4724

Quand le maître parle…

100_4725

100_4726

Les filles, est-ce vraiment le moment de délibérer ?

ah non, c’est le difficile choix du menu… (à droite Corinne Targosz )

100_4728

Quel séducteur, ce Jean-Louis…

100_4739

Voici Elodie tombée sous le charme

100_4729

Au retour, véhiculés par Olivier, nous partîmes vaillamment sur les routes de l’Oise venger  l’honneur bafoué des chiennes auversoises : Arrêtés à un feu  rouge, je détectai une scène insoutenable. S’étant glissé sous la clôture d’un jardin, un chien errant était en train de faire subir les derniers outrages à une petite chienne blanche qui n’avait sans doute rien demandé, la pôvre  Ouvrant ma portière, j’y mis le holà d’un péremptoire :

- Non mais c’est pas un peu fini ? qui fit fuir l’agresseur à quatre pattes, et déclencha l’hilarité générale dans la voiture.

Les zygomatiques bien détendus nous reprîmes donc notre route pour la suite de ce salon, en quête de nouveaux lecteurs parmi les 1500 visiteurs de cet événement.  L’après-midi se déroula dans la bonne humeur en compagnie de mes joviaux camarades.

Mery2 Mery1Mery1 Mery2

Quatre exemplaires de mon recueil et quelques-uns de mes oiseaux s’envolèrent vers de nouveaux nids douillets. Je tiens d’ailleurs à remercier Glwadys, qui devient la plus jeune lectrice d’Infemmes et sangsuelles, et Victor, qui devient mon plus jeune lecteur, sa maman lui ayant offert un exemplaire de mon livre Du plomb dans l’aile, en me précisant qu’il n’avait encore que 8 ans mais qu’il « dévorait les livres ». Les jeunes j’espère que mes histoires vous plairont !

Le salon se termina vers 19 heures après la remise par Jean-Louis fournier du prix de la nouvelle humoristique 2017, attribué à :
- Quand je serai petit par Julius Nicoladec 1e prix
– Jefferson par Mehdy Seraiche, 2e prix
– Sécurité intérieure par Nathalie Esteban. 3e prix

trophée libres plumes

La statuette offerte au premier prix

J’eus ensuite le privilège de retourner vers Paris en compagnie de Jean-Louis Fournier et de Caroline de Bodinat, auteure et membre du jury, raccompagnés en voiture par Steph, ce qui nous permit d’échanger encore quelques mots.

Je finis par regagner mes pénates aux alentours de minuit après un voyage TGV presque sans histoires (sinon un jeune  fugueur sans papier ni titre de transport, perdu, s’étant trompé de train, que j’aiguillai vers les contrôleurs), épuisé mais ravi, (fallait-il que l’on s’aime et qu’on aime la vie) la tête pleine de souvenirs.

Merci Elodie pour ton accueil, tes sourires, ton humour, ton engagement, ton dynamisme, toutes ces belles émotions, toutes ces rencontres faites grâce à toi et cette bolée d’oxygène que tu m’as offerte. Je ne m’étais pas senti aussi vivant depuis longtemps. Merci, de tout mon cœur de Vieufou !

Un grand bravo, et un grand merci à tous les organisateurs qui ont fait de cette manifestation une fête du livre inoubliable, et un amical salut à toutes les personnes que j’ai rencontrées et avec qui j’ai bien ri (elles se reconnaîtront). Un grand merci également à mes nouveaux lecteurs. à la revoyure !

100_4759

Merci à Jean-Louis Fournier pour sa présence, ses conseils, sa bonne humeur, et cette gentille dédicace personnalisée ô combien précieuse !

Ravi d’avoir enfin pu rencontrer Benoît, et de repartir avec un exemplaire de son « Bunker » dédicacé.

J’espère pouvoir un jour remonter vous voir tous là-haut. De plus j’ai repéré peu avant mon départ un étrange endroit à Auvers, qu’il faudra que j’explore lors d’un prochain passage dans la région. Il s’agit de la Caverne aux livres, des anciens wagons postaux remplis de livres d’occasion. Et en plus c’est ouvert le week-end ! l’endroit parfait pour se faire enfermer une nuit entière.

PS : Si quelques-uns des participants à la fête ont pris d’autres photos de la journée (notamment du salon)  je suis preneur pour compléter mon article…

 



Concours de nouvelles Coeurs de Lyonnes

L’association Cœurs de Lyonnes (association loi de 1901 au profit de l’Enfance) organise un concours d’écriture, destiné à récolter des fonds afin de l’aider à mener à bien son projet de raid solidaire au cours duquel seront apportées des aides :
 
- aux Restos Bébés du Cœur du Gard 

- à une école du Sud marocain

- à l’école Achourouk (institut d’enfants sourds) de Ouarzazate
 
 
Règlement :
 
 Pour être acceptés, les textes, rédigés en français, ne devront pas excéder 2000 signes, espaces comprises.
 
 La participation au concours sera soumise à une préinscription sur le site www.helloasso.com/associations/coeurs-de-lyonnes (clic ! sur l’image du concours)
 
en contrepartie d’une participation de 5 €, réglables soit en ligne par paiement CB sécurisé, soit par chèque à l’adresse suivante :
 
Association Cœurs de Lyonnes

110, quai de pierre-scize

69005 LYON

 
Inscription en ligne : règlement CB sécurisé et indication d’une adresse e-mail valide

Inscription courrier (reçu au plus tard le 11 mai, le cachet de la poste faisant foi) : indiquer une adresse mail valide au dos du chèque.
 
 Le sujet sera donné simultanément et par mail à tous les participants, le vendredi 12 mai 2017 à 19 heures. Les textes devront être envoyés en retour, par mail, avant le samedi 13 mai à 19 heures. Un accusé de réception sera retourné à chaque auteur.
 
 Après anonymisation, les textes seront transmis aux membres du jury qui auront jusqu’au vendredi 26 mai à 19 heures pour rendre leur verdict sous forme d’un triplé : 1er prix, 2e prix, 3e prix. L’organisation s’en remet à leur propre talent d’écriture ainsi qu’à leurs goûts littéraires personnels pour effectuer ce classement, tout en respectant les critères habituels de respect du thème et de la langue française, qualité de l’écriture et originalité du traitement.
 
 Le palmarès sera dévoilé sur Facebook ainsi que sur le forum Maux d’Auteurs dans la soirée du 27 mai.
 

  Le 1er prix consistera en un séjour pour 2 personnes (nuit + petit-déjeuner)  à l’Hôtel *** Sables d’Ocre, à Roussillon (84) 
 
                                             (www.sablesdocre.com)
 
 Les autres prix remportés par les lauréats consisteront en lots artisanaux (bijou fait main, aquarelle originale…) ainsi qu’en livres dédicacés offerts par les membres du jury. Par ailleurs, les trois textes lauréats se verront publiés sur le compte Facebook de l’association Cœurs de Lyonnes, sur son blog ainsi que, sous forme papier, joints à tout document de communication de l’association. Les auteurs conserveront tous les droits sur leurs textes et pourront à tout moment en faire supprimer la diffusion sur simple demande.
 
Membres du jury : 
 
Danielle Akakpo, Valérie Laplanche, Benoît Camus et Frédéric Gaillard (auteurs nouvellistes. )
 
L’intégralité du montant des préinscriptions sera reversé à l’association Cœurs de Lyonnes (110 quai de pierre-scize, 69005 Lyon, SIRET 824 682 058 00014)
 
Pour toute question complémentaire : e.visseaux@gmail.com
 
 
Pour plus d’infos sur Cœurs de Lyonnes et ses actions :  www.facebook.com/coeursdelyonnes www.helloasso.com/associations/coeurs-de-lyonnes e.visseaux@gmail.com

ou vjac@hotmail.fr 



Petit encouragement d’un maître

  1. « If you wrote a story that was published and readers enjoyed, then you succeeded. I never win awards (well, hardly ever) but I don’t care. The best award you will ever get is your readers saying they liked your story and want to read more. Try again next year !

  2. (petit mot reçu de Graham Masterton après avoir exprimé ma déception que mon recueil soit passé à côté du prix qui porte son nom) Petit encouragement d'un maître dans 1-1 Infemmes et sangsuelles 1f609 ;)

  3. Thanks a lot, Graham, for your encouragement !



Prix Masterton 2016

plouf

Félicitations aux nombreux lauréats, mes infemmes et sangsuelles créatures n’auront pas suffisamment séduit le jury final. Merci à ceux et celles qui m’ont soutenu et qui ont croisé les doigts avec moi.

Romans francophones
Emmanuel Delporte : Stalingrad, Editions L’ivre-Book

Romans traduits
John Everson : Le pacte des suicidés, Editions Rivière Blanche (traduit par Thomas Bauduret)

Nouvelles
Anthologie Sombres Félins, Éditions Luciferines



Beauvallon pluvieux, Beauvallon heureux

Il y eut assez peu de visiteurs ce samedi 4 mars au 2e salon littéraire de Beauvallon, organisé par l’association culturelle Arts et lettres avec le soutien de la municipalité.

Le ciel gris était couleur caillou, mais caillou gris. Dès le matin, la pluie, suivant peu ou prou le sens de rotation de la terre en dépit de toutes les lois connues de la physique élémentaire, coulait à l’horizontale, charriant en rafales, à basse altitude, quelques bovins mal arrimés à la terre ferme qui se liquéfiait au fil des heures.

16387300_1863938880555428_6061650097549720292_n

Quelques auteurs déterminés s’étaient pourtant extirpés de leur salon, bravant les intempéries pour se téléporter (en voiture)dans celui-ci présenter leurs livres. Nous fûmes fort bien accueillis par l’équipe organisatrice, ce qui compensa la grisaille extérieure et le manque de visiteurs. 

Berauvallon 2017

L’occasion pour moi de retrouver les larrons Laurent Bret, illustrateur, Sylvie Arnoux, mireuse de gélules, mon ami le poète bluesman Serge Sommer, la pétillante, la flamboyante poétesse Joëlle Vincent, croisée lors de mon dernier salon, et de faire la connaissance de nouveaux camarades, dont le singulier Luober et la talentueuse et sympathique photographe Kilyana. Et une fois de plus de bien rigoler.

Seul bémol, Marie Garnier, invitée d’honneur du salon et qui devait nous réchauffer de son sourire et de sa bonne humeur n’a pas pu être là, ceci pour raisons familiales douloureuses.

Prochaine édition du salon dans deux ans, avec le soleil et le public.

Quant à moi je serai dans 15 jours à Méry sur Oise…

17155802_1895491707399163_7712732821549976064_n

Mais où est Vieufou ?

17156092_1895489267399407_5442875140837186020_n

avec Joëlle et Serge (photos Kilyana)

17156080_1284221834956772_1027628496970064364_n

au cours du repas (photo Lucile Gauchers)

17021432_810796572392438_3301943801625060883_n

(photo Erwan Bucklefeet)



50 000

50 000, c’est le nombre de fois que vous avez poussé la porte de mon antre depuis sa création !

Cinquante mille mercis à vous tous qui suivez mon actualité et qui m’encouragez, en laissant des commentaires ou en vous procurant mes livres, et à ceux qui n’ont pas encore osé franchir le seuil, bienvenue, je vous y attends !

50000-dong-vietnam



Prix Masterton – finale

prix Masterton - finaleprix Masterton - finaleprix Masterton - finaleprix_Masterton_-_finale



12345...22

Alunya |
Freewomen |
Laplumeduphenix |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | A Spotlight On Trouble-Free...
| Algorimes
| Methods to increase your we...