culture générale au comptoir du café Calipso

On m’a souvent dit que j’écrivais des histoires horribles, pleines de monstres effrayants. J’impressionne même certaines personnes, qui pensent sans doute que mon cerveau est uniquement rempli de croquemitaines, zombies et autres psychopathes assoiffés de sang, voire que j’en suis moi-même un mélange des trois. On m’a reproché de me cantonner à des univers fantastiques, me demandant si je n’aimerais pas écrire des histoires plus « classiques », plus ancrées dans la réalité.
Le problème est que ladite réalité m’effraie bien plus que n’importe quel loup garou, aussi sanguinaire soit-il. Le problème est que quand j’ouvre un oeil dessus, par le biais des médias mais pas seulement, ce que j’entrevois me fait tellement flipper que ça m’incite à le refermer aussitôt pour reprendre mes rêves où je les avais laissés. Ils sont bien moins noirs, violents et cruels que la réalité. Elle se suffit à elle-même en termes d’épouvante.
Et quand je m’essaie à coller des écrits à cette « réalité », ce qui en sort est à son image, sombre et désabusé.
Un exemple s’il en fallait avec le texte qui suit, à nouveau rédigé pour les brèves du café Calipso, et dans lequel je ne flirte que légèrement avec le fantastique, extrapolant à peine une réalité déjà gratinée, égratignée.

http://newcalipso.eklablog.com/culture-generale-a112644552

http://ekladata.com/CcXhKeplujUE4V4TErWCwJw8upc.jpg



Ils en parlent

J’ai déniché sur la toile un premier article mentionnant l’anthologie Dimension écologies étrangères, parue récemment chez Rivière Blanche, et qui comporte mon texte intitulé L’effet papillon :

Ils en parlent dans 1 - Intégraal 2003-2017 dimeco10

http://www.lepopulaire.fr/limousin/actualite/departement/haute-vienne/2014/09/22/un-miauletou-dirige-sa-seconde-anthologie-de-sf_11153412.html

L’article est centré sur Fabien Lyraud, l’anthologiste, et nomme les auteurs ayant contribué à l’ouvrage.

En faisant quelques rapides recherches, on apprend que le terme miauletou, désignant les habitants de Saint Léonard de Noblat (20 km de Limoges , pour situer) vient du « miaulement » des choucas des tours, petites corneilles vivant en colonie dans le clocher de la collégiale Saint Léonard, inscrite sur la liste du patrimoine mondial de l’Unesco.

Fermons la parenthèse culturelle…



Oceano Tox – Edit’o

Ma nouvelle Oceano Tox vient de se classer neuvième ex-aequo au concours de nouvelles Edit’o, dont le thème cette année était Bêtes d’histoires, histoires de bêtes. Elle sera prochainement publiée par les éditions oléronaises dans une anthologie regroupant les meilleurs textes ayant concouru.

Oceano Tox - Edit'o dans 1 - Intégraal 2003-2017 120523_yk9ko_dessin-baleine-bosse_sn635

Voici le palmarès complet :
1er ex aequo BANGUI Lucienne Raconte-moi une histoire

1er ex aequo BAUDART Bruno Marie

2ème BARTHELET Agnès Danseur en fourrure

3ème DE GRISSAC Guillemette Le chat roux

4ème DAVAL Mathias Le fabuleux destin de la poule …

5ème BERNHARD Christiane Echer et mat

6ème TITEUX Pascal H7N13

7ème LECENES Dany La statue de Rimbaud

8ème WACRENIER Christian Que la bête meure

9ème ex aequo LEBERTRE René La messie

9ème ex aequo GAILLARD Frédéric Océano tox

9ème ex aequo HOYLE Sylvie Un rat de bibliothèque

10ème ex aequo MALLASSAGNE Nicole Contingences

10ème ex aequo CHARON Chantal Le chat à bord

11ème MANGIN Pierre Je n’irai plus chercher le journal

12ème ex aequo LIVORY Pierre Travail au noir

12ème ex aequo VIEILFAULT Guy El gato

12ème ex aequo VIEILFAULT Guy Le corbeau de ST Elme

13ème ROUX Charles Le voyage de Béatrice

14ème PRUVOT Christine Le chevreuil

 



Café on the rocks

Vous pouvez dès à présent siroter On the rocks, ma soixante-deuxième nouvelle, au comptoir du Calipso, le Café Littéraire Philosophique et Sociologique, blog tenu par Patrick L’Ecolier. Il s’agissait de revisiter une nouvelle brève parue dans les médias au cours de l’été. De nombreuses plumes de talent se sont pliées à l’exercice. Voici ma copie :

http://newcalipso.eklablog.com/on-the-rocks-a112536714

On the rocks

 



…on l’a mise dans une cage

« On l’a attrapée à Lyon, on l’a mise dans une cage, liée par des chaînes car elle est dangereuse » avertit avec humour Dan Ohlmann, l’artiste passionné et fondateur du Musée Cinéma et Miniature.

La Reine Alien restaurée est exposée à Lyon

Le sauvetage et la résurrection de la « Reine des Aliens », star hollywodienne de la mystique saga a été entrepris en France. Après une année complète de restauration du latex et de re-mécanisation, elle est dévoilée au public à partir du 13 septembre.
La Reine Alien c’est : 6,50 m de hauteur lorsqu’elle déployée, 500 kg de métal, de résine et de latex, 1 année de travail de restauration, 10 personnes ont travaillé à son sauvetage, 120 litres de silicone ont été injectés centimètre par centimètre.

Musée Cinéma et Miniature, 60 rue St Jean, Lyon 5-Vieux Lyon

Photo Joël Philippon

photos Joël Philippon. article du Progrès.fr du 12/09

Photo Joël Philippon

Dan Ohlmann dans les griffes du monstre



Dimension écologies étrangères : leurs auteurs en parlent

Après avoir compilé les textes composant l’anthologie Dimension écologies étrangères, parue ce mois-ci aux éditions Rivière Blanche, dans laquelle figure ma nouvelle intitulée L’effet papillon, Fabien Lyraud, l’anthologiste,  a demandé aux auteurs de dire en deux ou trois phrases d’où venait l’idée de leur texte. Je vous livre ici les réponses des intéressés (je rajouterai au fur et à mesure celles qui manquent encore…)

Dimension écologies étrangères : leurs auteurs en parlent dans 1 - Intégraal 2003-2017 dimecologie01

Yann Quero

Citation:
« Les damnés de Mars »
Face à un sujet comme les écologies extraterrestres, qui a déjà été traité avec brio en roman comme au cinéma, j’ai cherché un moyen de créer une ambiance inédite, qui suggère la présence d’une écologie inconnue, et potentiellement menaçante, mais en restant dans la suggestion pendant l’essentiel de la nouvelle. Bien sûr, pour que cela fonctionne, il fallait qu’il y ait de nombreuses pistes et que les personnages eux-mêmes restent dans une incertitude teintée de peurs. Par son côté familier et en même temps étrange, la planète Mars se prêtait bien à ce style d’univers, avec un clin d’oeil discret à Ray Bradbury. Ainsi, le lecteur dispose vite de toutes les clés, mais sans savoir à quoi peut bien ressembler la serrure.

Anthony Boulanger parle de Bouquet d’agrégation.

Citation:
Pour « Bouquet d’Agrégation », je me suis demandé comment réduire le coût d’envoi à travers l’espace d’un équipage de scientifiques pour explorer de nouvelles planètes et comment une telle mission, accompagnée d’une IA, interagirait avec la vie autochtone. Le résultat final donne un texte qui intriguera le lecteur, j’espère !

Kevin Kiffer auteur de « au contact de l’esprit » :

Citation:
La rencontre avec l’autre est un thème classique de la science-fiction. Quand cet autre ne peut pas communiquer, il faut imaginer de nouveaux moyens d’y parvenir. Cette capacité de s’adapter, d’innover, de trouver la solution, est ce que je voulais mettre en avant à travers Au contact de l’esprit.

Julien Chatillon Fauchez parle de Et in Arcadia Ego :

Citation:
Les révolutions se déroulent dans le sang, les larmes et les massacres, mais leurs issues ne doivent rien à cela. Elles sont les enfants de la providence et de la connaissance intime d’un écosystème. L’autochtone ne se bat pas pour de grandes idées. Il lutte pour sa ferme, son lagon et ses terres. Les liens inébranlables qu’il a établis sur des générations avec son environnement, aussi étrange ou familier soit-il.

Aurélie Wellenstein parle des Lacs Salés.

Citation:
L’idée de Lacs salés m’est venue d’un contraste de couleurs : l’opposition du bleu lumineux de l’eau et de la blancheur aveuglante du sel. Ce flash conjugué bien sûr à l’envie d’un trip halluciné, celui d’un écosystème psychique, goûtant particulièrement l’âme humaine…

Jean Luc Théodora évoque Promesse de vie :

Citation:
l’idée ne s’est pas imposée d’un coup. disons que à ce moment, je relisais un article sur la façon dont les romains récompensaient leurs vétérans. de plus, je n’avais pas envie de traiter le sujet sous la forme d’une lutte ouverte face à la terraformation. enfin, l’idée même d’une écologie étrangère évoqe chez moi un livre que j’ai lu il y a très longtemps: « les enfants de mars »! le tout était de créer une résonnace sans plagier quoique ce soit.

Frédéric Gaillard

Citation:
L’effet papillon : J’aime bousculer les mots, les expressions. J’ai donc imaginé ce qui pouvait se passer si la théorie « des papillons » était plus qu’une image, et comment une planète et ses occupants pouvaient s’y adapter.


Céline Simoni – Abysses et servitude

Le quatrième opus de Nocturne, les charmes de l’effroi sortira très bientôt. Une de mes nouvelles en fera partie. Je peux d’ores et déjà vous dévoiler un aperçu de la couverture, à nouveau dessinée par la talentueuse Céline Simoni, qui avait commis les trois premières, et qui a également réalisé le graphisme de Nocturne. Cette fois-ci, elle fait un petit clin d’oeil à H.R. Giger, le créateur de ma bébête préférée…

Céline Simoni - Abysses et servitude dans 3 - Imaginaciens - magiciens de l'imaginaire

…Assis, pas bouger !

Vous pouvez retrouver son travail (elle a, entre autres, dessiné des couvertures pour les éditions Voy’el) sur https://www.facebook.com/Celimagine.Design ou sur http://www.celimagine.com/ et ici : http://ivyart.deviantart.com/gallery/

noctur10 dans 3 - Imaginaciens - magiciens de l'imaginaire   mini_n10   sans_t10



Trier les valeurs

Je partage ici ce coup de gueule, totalement justifié, du responsable des éditions JFE


UN ÉDITEUR EN COLÈRE….

5 septembre 2014, 15:18

Constat consternant à lire de préférence avec une marche mortuaire en fond sonore !

Triste époque.

Époque de la médiocratie qui envahit tout l’espace public.

Des petits éditeurs, chacun dans leur coin font de la résistance et essaient, à force d’heures de travail, de bonne volonté, d’établissement de relations de confiance avec certains médias (pas les gros, je vous rassure), de faire voir ne serait-ce que le bout de leur nez face à la grosse artillerie des gros. De pleurer, ils sont obligés pour qu’on OSE parler de leur livre (vous pensez, la culture, ça fait tache au milieu de l’effarante banalité).
Et puis un jour, pas choisi par hasard (c’est la rentrée), les promesses s’évaporent comme la pluie sur les routes ardennaises les rares journées de soleil.

Pourquoi ? Why (la folie s’étend à l’Amérique !) ? Y a plus de place ! Circulez, y a plus rien à publier ! Parle de quoi, votre livre ? D’écriture, de littérature, de voyage, d’économie ? Non, mais ça va pas ? Mais vous vous rendez pas compte ! Faut qu’on parle de la dadame qui s’est fait larguer et qui a enfanté dans la douleur totale son brûlot sur son ex. Non, mais vous vous rendez-pas compte ? C’est un événement national, européen, planétaire, universel !!!
Eh oui, comme par miracle, plus rien d’autre n’existe, la guerre en Ukraine au second plan, l’état islamique qui perd de son « prestige » nouveau, même les gugusses qui courent après un ballon pour 500 000 euros par mois sont balayés par l’ex-première dame et sa rancoeur renaissante, savamment orchestrée par des communicants sur papier bouffant. À compte d’auteur en plus, et imprimée hors de France, c’est dire l’amertume profonde. Quelle hérésie ! Même les Nuances de cul à deux balles de l’année dernière font pas le poids ! Partout ça cartonne ! Y’en a plein les gondoles ! Que même y’a plus de place pour la rentrée pour les classeurs avec la photo de Miley Cyrus ! Que même y a une pétition sur Change.org pour qu’il y ait pas plus de vingt bouquins de Valy par cartons à soulever pour les metteurs en rayons des librairies ! Que mêmes les 600 romans de la rentrée des GROS éditeurs peuvent déjà se barrer au pilon ! Les feuilles mortes se ramassent à la pelle !

Et peu importe que les ridicules aventures de Valérie au pays du pouvoir balaient tout sur leur passage. Les télés, radios, journaux, plongent à pieds joints dans la brèche. Ils veulent du People, en v’là du tout frais !

Putain (sorry) ! Où est l’honneur, la probité du monde médiatique ! Qui le premier, parmi tous les play-boys du JT, osera dire, ouvertement : allez vous faire foutre avec vos histoires à la mord-moi le noeud de Valérie et de président à mobylette ?
Et pendant ce temps… les PETITS éditeurs peuvent aller voir ailleurs, y a plus de place dans les médias pour parler de leurs PETITS livres, vous pensez : ça fait pas le poids contre Valy !

Et pendant ce temps… AUTEURS et EDITEURS, ceux qui essaient de garder un semblant de dignité dans ce qu’ils produisent, et qui nagent à contre-courant de cette pitoyable farce, crèvent la gueule ouverte face à l’indifférence et le silence coupable d’un système décadent.
Oui, nous sommes entrés dans la décadence des médias au pays des Bisounours qui consomment du papier ou du ebook (ça cartonne aussi sur le net !). Et pour ceux qui auront raté l’épisode papier ou numérique, rassurez-vous ça va pas tarder à sortir sur grand écran !

JACQUES FLAMENT



Alunya |
Freewomen |
Laplumeduphenix |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | A Spotlight On Trouble-Free...
| Algorimes
| Methods to increase your we...