Une plume s’envole

Guérin-Dominique-e1406048505528djin-4fe350f

J’ai appris hier le décès de Dominique Guérin, que je fréquentais sur le forum Mda depuis plusieurs années sous le pseudo de Djin, et qui m’avait rendu visite sur ce blog pour y poster son commentaire bienveillant sur un de mes textes. Elle avait une belle plume, n’était jamais avare de conseils. De ces amis virtuels qu’on se fait et qu’on aimerait rencontrer « in real life ». Elle est allée à la soirée de remise des prix de Calipso, malgré sa maladie. Je n’ai pu m’y rendre, et elle a eu la gentillesse de dédicacer le texte dont elle est l’auteure, qui paraissait dans le recueil des lauréats du concours.

Tchao, Djin, maintenant, t’écris avec les anges. Y a de plus en plus de belles plumes là-haut Une plume s'envole dans 5 - la bibliothèque du Vieufou sadness_80_anim_gif-4c74bbc .

Condoléances à ta famille.



Juré du Prix International de la nouvelle humoristique

Elodie Torrente, organisatrice du Prix et auteur du récent Sur la béquille, nouvelle érotique se déroulant dans le monde du cyclisme, m’a demandé de faire partie du jury de présélection des textes du Prix International de la nouvelle humoristique en langue française organisé par l’association Libres Plumes.
J’ai accepté avec joie ! Je n’avais plus été juré depuis un festival jeune théâtre en 93 ou 94, pendant lequel j’avais vu une trentaine de pièces en deux jours.

Là, il va me falloir lire une bonne centaine de nouvelles… je suis ravi ! Bon, les évaluer, aussi…

La limite pour l’envoi des textes c’est ce soir minuit.

Après viendra pour moi la lecture et pour vous, si vous y avez participé, les heures d’attente et d’angoisse.

Avant le verdict final, annoncé par le président du jury de cette année, l’écrivain Jean-Louis Fournier, prix Femina 2008 pour Où on va, papa ?, et créateur, entre autres, de la Noiraude et d’Antivol, l’oiseau qui avait le vertige. Par ailleurs, il a été le complice de Desproges en réalisant les épisodes de La Minute nécessaire de monsieur Cyclopède, ainsi que les captations de ses spectacles en 1984 et 86.

https://djbeltounes.files.wordpress.com/2011/03/fournier1.jpg

Bien sûr tout ceci est anonyme.
Je reconnaîtrai peut-être dans tous les textes qui me seront soumis le style d’une ou deux plumes connues.
Mais pas la peine de vous signaler à moi, je suis incorruptible !

Rappel du règlement :

œuvres d’imagination inédites, en prose (nouvelles), écrites en langue française par des auteurs âgés de 16 à 99 ans.

Le thème 2016

  »Dans la vie, il y a deux périodes : la première on attend les catastrophes, la seconde, elles arrivent. »

in Mon dernier cheveu noir : Avec quelques conseils aux anciens jeunes

de Jean-Louis Fournier (éd. Anne Carrière, 2007).

Outre le thème, le texte devra être humoristique en plus de respecter le genre littéraire de la nouvelle :

« La nouvelle est un récit court, écrit en prose. Cependant, plus que sa longueur, c’est bien davantage la concision et l’efficacité de son écriture qui la caractérisent. En règle générale, les personnages d’une nouvelle sont peu nombreux et brièvement décrits. Son action est assez simple mais construite de façon à ménager un effet de surprise au dénouement : c’est ce que l’on appelle la chute. »


 



Retour d’âmes

Perché à la cime du plus haut sequoia de l’étique forêt, une main en visière devant les yeux, l’indien à la peau tannée comme du cuir évaluait, à l’aune de ses propres battements de cœur, le temps séparant l’apparition des énormes champignons de feu du bruit de leur éclosion. Une expression de soulagement tendit soudain le large plateau divisant en deux parties son visage raviné par les rigueurs saisonnières.

Délaissant le terrible mais captivant spectacle qui s’offrait à lui, l’homme redescendit de l’arbre avec assurance et annonça à la tribu qui attendait sous ses branches, anxieuse, depuis qu’avait retenti au loin le premier coup de tambour de ce qu’ils avaient d’abord pris pour une manifestation de la colère céleste :

      – On devrait être tranquille pour un moment… la forêt aura repoussé avant qu’ils reviennent.

Les déflagrations cessèrent enfin.

Ce soir-là, pendant que les femmes kayapos, nues comme au matin de leur naissance, tressaient des pagnes de raphia d’un geste séculaire en chantant la liberté retrouvée ou s’ornaient corps et visages de motifs colorés, les hommes et les enfants, nus également, dansaient en riant autour du grand feu dressé dans la clairière au centre du village, dans lequel chacun avait jeté les vêtements « civilisés » et autres colifichets de plastique offerts par l’homme blanc en échange de son âme et de toujours plus de son territoire.
Un orage s’abattit. Toute la nuit, lumineux, éphémères et tonitruants, des éclairs claquèrent aux abords de la forêt. Au petit matin, ne restaient des armes de déforestation des blancs que des carcasses tordues léchées par des langues de feu qu’une épaisse pluie finit par éteindre. L’orage avait épargné la forêt et ses hôtes, bien à l’abri sous des auvents de feuilles d’ungurahua tressées.

Sur la piste boueuse du chantier désert recouvert de sciure agglutinée et parsemé de souches, un dernier flash aveuglant déchira l’obscurité, frappant le bras d’une pelleteuse, déjà à l’agonie, qui s’affaissa dans un bruit sourd.

Il y eut un matin.

Un ultime nuage déformé, aux faux airs de champignon, s’étira paresseusement au-dessus de la canopée, mouton de brume paissant loin à la verticale des dormeurs, dont l’âme, enfin apaisée, avait réintégré le corps.

Il ne fit que passer, pour aller se perdre à l’horizon, au-dessus des grandes cités en flammes.

Des frondaisons s’éleva un chant d’oiseau, puis un autre.

En lisière de la friche, une vrille se déroula, puis une autre.

Spores et pollens jaillirent, emportés au loin par une brise légère.

La forêt elle aussi avait retrouvé son âme.

Déjà, des rameaux bourgeonnaient sur les souches du passé.

Sur sa natte, un premier petit indien s’étira, bâilla dans un soupir, ouvrit un œil et se mit à chatouiller son frère encore endormi.

Afficher l'image d'origineAfficher l'image d'origine



Alunya |
Freewomen |
Laplumeduphenix |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | A Spotlight On Trouble-Free...
| Algorimes
| Methods to increase your we...