Coquetterie

A travers la vitrine du grand magasin, Jo observe son reflet dans le grand miroir dressé derrière les mannequins de plastique. Une parcelle d’intelligence en lui a reconnu le lui de sa vie d’avant. Le beau gosse de la fac. Une silhouette  crasseuse, ensanglantée, morcelée vient bien vite se substituer à cette vision, la silhouette du lui de maintenant. Il grogne en regardant ce front couturé de cicatrices, ces lambeaux de peau manquants à certains endroits de son visage, ce gros trou dans sa tempe par où fuit inexorablement l’intelligence et la lucidité qui lui restent, cette absence de nez, cette joue crevée dont un pan, racorni, pend encore sur son menton, ces cheveux brûlés par endroits,  collés en plaque à sa peau parcheminée. Toujours à travers le miroir, il s’attarde sur ses bras nus, osseux, examine muscles desséchés et tendons saillants, ce trou à la place d’un de ses biceps, en forme de mâchoire humaine, qu’il s’est auto-infligé un jour de grosse fringale. Il ne s’en souvient pas. Il a peu conscience de ce qu’il est, encore moins de ce qu’il était avant, à part lors de rapides et intenses flashes, comme à cet instant précis, devant le magasin. Mais ça ne dure jamais très longtemps et ne perturbe pas son occupation quotidienne : trouver à manger. Ces mains osseuses auxquelles il manque plusieurs phalanges, mais qui ont un jour, il s’en souvient, adroitement couru sur un de ces étranges meubles aux dents blanches et noires dont il ne se rappelle désormais ni le nom ni le son. Maintenant, ses ongles longs, ébréchés, terreux sont de dangereux rasoirs et de véritables nids à maladies mortelles. L’avantage, c’est qu’il a arrêté de se les ronger. Dans le miroir, il distingue enfin son ventre et comprend pourquoi il a toujours aussi faim, étant donné la largeur du trou duquel s’échappent quelques vers paresseux ainsi qu’un  bout d’intestin qui pend jusqu’à ses genoux. Jo s’efforce de l’y remettre, se tortillant comme pour réajuster les pans d’une chemise imaginaire dans son pantalon, avec l’air aussi gêné que si sa braguette était ouverte. D’ailleurs, celle-ci l’est mais ne dévoile depuis bien longtemps plus aucune intimité. Le reste du pantalon et les muscles de ses jambes sont complètement lacérés. Des lambeaux de tissu et de chair séchée pendent autour de lui en ribambelles brunâtres, virevoltant élégamment à chacun de ses mouvements.

Mu par un soudain réflexe, Jo pénètre dans le magasin pas la vitrine brisée, s’entaillant un peu plus les jambes. Est-ce un autre réflexe incontrôlé qui lui fait saisir un des simulacres de plastique, puis un autre, et leur arracher tour à tour la tête et les quatre membres, étonné lui-même de tant de facilité ?

Près de quatre heures plus tard, Jo ressort du magasin. On aurait du mal à le reconnaître. Il porte, devant derrière,  un pantalon de jogging enfilé par dessus l’ancien, dérobé à un des mannequins et un bustier serré à la taille volé à un autre, qui lui donne une silhouette vaguement féminine. Il a mis plus d’une heure à les enfiler, sans aucun souvenir de la marche à suivre. Et autant à boutonner le bustier, pour protéger sa cavité abdominale des évasions impromptues. Mais comme il a boutonné lundi avec mardi et jeudi avec samedi, des bouts d’intestins se font déjà la malle par les ouvertures. Et une déchirure dans la jambe du jogging, qui n’a pas résisté aux dents coupantes de la vitrine brisée, laisse de nouveau pendouiller les guirlandes de cuir le long de ses jambes. Ainsi vêtu, il pourrait lancer la mode « banlieue-chic-freak ».

Mais le summum du look, c’est le large chapeau de paille surmonté d’une grosse fleur de tissu rose dont il s’est affublé pour cacher son crâne défoncé et qui le classe désormais dans la catégorie « freak improbable ».

Il jette un dernier coup d’œil dans le miroir avant de repartir et d’oublier définitivement toute coquetterie pour aller assouvir sa faim naissante, ruinant du même coup son tout nouveau costume.

Après tout, il est encore pas mal…



Laisser un commentaire

Alunya |
Freewomen |
Laplumeduphenix |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | A Spotlight On Trouble-Free...
| Algorimes
| Methods to increase your we...