Gaëlliques An vingt, septième septain

Le marié s’emporte :
La mariée l’exhorte.
Ah, elle veut qu’il la porte ?
Qu’en homme il se comporte ?
Eh bien diantre, qu’importe !
La tension est trop forte
Il n’y va pas de main morte,
La soulève et l’emporte.
Sa tête heurte la porte
Lui sectionnant l’aorte.
Les noceurs les escortent,
On leur prête main-forte
Mais leur idylle avorte :
La voilà raide morte

Depuis lors on colporte
Qu’elle nourrit des cohortes
De vers et de cloportes

(Gaëlliques maritales – 12 février)

A chacune des bêtes qu’il avait créées le cinquième jour, Dieu accorda un nom, et un souhait. Certaines repartirent en volant ou en nageant, d’autres en rampant, selon leur bon plaisir.
Le soir venu, il ne resta plus qu’un seul animal indéfini, caché sous une feuille de bananier, nu et tremblant, qui poussait de petits cris apeurés.
La pauvre créature avait observé depuis l’aube, avec une fascination et une envie mêlées de crainte, l’extraordinaire mue de ses congénères, devenus mammifères, oiseaux ou reptiles, à poils, à plumes ou à écailles, sans arriver à faire un choix pour elle-même et redoutant d’être enfin appelée par le Tout Puissant.
La journée touchait à sa fin. Ému devant cet être qu’il avait créé si chétif, Dieu lui offrit de réaliser trois vœux au lieu d’un seul.
Il y eut un instant de grâce dans les derniers rayons du soleil couchant. Un ornithorynque s’ébroua puis se dandina jusqu’à la rivière et y plongea sans se retourner,
Satisfait, Dieu ferma les yeux, Ornithorynque ! Le nom lui était venu comme ça et sonnait bien. Après une dure journée de labeur il n’avait plus d’inspiration….
Par contre, pour le lendemain, il avait une ou deux idées de nouvelles bestioles…

(Gaëlliques antispécistes – 13 février)

Chevalier revient des croisades
Après sept ans passés au loin
Retrouve sa mie fort malade
Ce matin de Saint Valentin

La ceinture est toujours en place
Mais la belle a bien dérouillé
La septicémie la terrasse
Le cadenas est fort rouillé

Cherche la clé de la serrure
pour délivrer sa dulcinée
Mais vite fait pâle figure
En ne retrouvant pas l’objet

Lève un cil et soudain panique
Vide havresac et besace
Sa bourse pleine de reliques
Le Saint Graal choit et se fracasse

Mais preux chevalier n’en a cure,
De ce trophée de camelote
Remet bien vite son armure
Et s’en repart de Camelot

Il suppose que le sésame
un soir d’ivresse a dû tomber
Près de la couche d’une dame
D’un petit bordel de Tanger

Il se triture la cervelle
C’était sans doute à Antioche
Les yeux verts de cette infidèle
Qui lui fit le cœur et les poches

Ou plutôt cette chypriote
qui une nuit l’ensorcela
juste en fredonnant quelques notes
quand pour lui elle se dénuda

Il sait maintenant où chercher
il se souvient de l’air canaille
de cette hérétique enchaînée
après l’assaut sous les murailles

Il n’a pas résisté aux charmes
de la fille de ce harem
C’est parti, il reprend les armes
la clé est à Jérusalem

Chevalier repart aux croisades
Retourne se vider les couilles
On en fera une ballade
Pendant ce temps sa dame rouille

(Gaëlliques de chasteté – 14 février)

L’homme est entré dans le parking couvert, a déverrouillé son SUV dernier modèle. Ouf, on ne lui avait pas volé ! Une fois à l’intérieur, il a posé sa mallette sur le siège passager, desserré sa cravate. Sur son portable, il a consulté ses derniers mails, commandé chez le traiteur la livraison d’un repas pour 20 heures, remonté à distance les stores de son appartement, réglé la température dans le salon, programmé l’enregistrement de son émission préférée et l’allumage de la cafetière. C’est que c’est pratique, la domotique !
Puis il s’est allumé un cigare, a démarré et après ça, il est enfin rentré chez lui avec soulagement.

Un deuxième homme s’est faufilé dans le parking, évitant les caméras de surveillance. Il s’est glissé en rasant les murs jusqu’à un emplacement juste assez large pour y garer un vélo, dans un angle obscur. Frissonnant, il a resserré son écharpe autour de son cou. De derrière un pilier, il a sorti un carton de machine à laver tout aplati auquel il a redonné son volume initial. Ouf, on ne lui avait pas volé ! De son sac à dos il a sorti un duvet, quelques fringues, une couverture, une bougie, un petit réchaud, une boîte de conserve, un sandwich,une bouteille de vin et quelques livres, qu’il a disposés dans et autour du carton..C’est que c’est pratique, un sac à dos !
Puis il s’est roulé un joint, l’a allumé et après ça, il est enfin rentré chez lui avec soulagement.

(Gaëlliques à domiciles – 15 février)

Chéri

J’ai changé les serrures

Tes affaires sont dans ces sacs poubelle

Avec notre amour

Amitiés à ta secrétaire

et à ton avocat

Raymonde

(Gaëlliques épistolaires – 16 février)

Ça, c’est sûr, Stan Smith, cet insaisissable assassin sous stéroïdes, cette insatiable sangsue sarcastique sans conscience s’en sort sans soucis, sans sanction. Sinistre !
Schlass, dans une semi-conscience, ce salaud salace a sexuellement sollicité six sacristains sexagénaires en scission de sacerdoce en leur susurrant « six-cent-soixante six » sur le seuil d’une station-service.
En silence, il les a séquestrés et sciemment saucissonnés puis asphyxiés au sous-sol du spacieux self du siège de la séculaire Société Civique sise à Worcester, Massachusetts.
Ensuite il a saoulé au pastis et sailli dans l’ascenseur cette insatiable sénatrice sioniste, miss Sissy Simpson, et scié sans sommation en soixante sections son assistant-huissier sénescent.
Cent soupçons se sont succédé à son sujet.
Assiégé, il subit l’assaut des sacro-saintes forces de police.
Assigné, il passe aux Assises.
Sacré suspense.
Hélas, le sacrifice des suppliciés et la suspicion ne sont pas suffisants face au sursaut de cynisme de l’astucieux salaud.
Sa police d’assurances, le scepticisme des spécialistes des services sociaux, si sensibles à sa septicémie, à sa cystite et à son asthme ainsi que de sonnantes espèces et ses sincères excuses suscitées le sauvent.
Sans solution, la justice si sophistiquée suggère relaxe ou sursis.
Dossier sensible classé sans suite.

(Gaëlliques judissiaires – 17 février)

Une tête oblongue sans oreilles pourvue de cinq yeux noirs pédonculés, une peau grise cartilagineuse, de longs membres filiformes terminés par quatre doigts, des combinaisons moulantes et des pistolets futuristes qu’on aurait dit en plastique. On n’a rien vu venir quand les centauriens nous ont envahis par dizaines de milliers le soir du carnaval, simplement affublés de nez rouges.

(Gaëlliques extraterrestres – 18 février)



Laisser un commentaire

Alunya |
Freewomen |
Laplumeduphenix |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | A Spotlight On Trouble-Free...
| Algorimes
| Methods to increase your we...