Impressions sangsuelles

Premières critiques de mon recueil, « Infemmes et sangsuelles »,

paru le 4 juin 2016 aux éditions Lune écarlate

(attention, peut dévoiler des éléments de l’intrigue…

autrement dit risque d’y avoir du spoil…)

Je connais Frédéric Gaillard par sa participation à « Dans la Peau d’un(e) autre » chez Racine et Icare; comme j’avais aimé sa plume, j’ai eu envie de lire son recueil. Deux choses m’ont retenue : le prix, d’abord (17 euros, plus les frais de port), et le titre. le jeu de mots est bien trouvé, mais le thème féminin ainsi accentué à éveillé ma méfiance. Fallait-il que j’accepte cette image réductrice et fantasmatique de la femme comme séductrice et sorcière? Soit. J’ai mis mon esprit féministe un peu en sourdine, et ai accepté le jeu de Fred. La lecture à été très agréable : le recueil est homogène par son thème et par la qualité d’écriture, mais les histoires racontées sont bien différentes les unes des autres, et l’auteur nous promène d’un univers à l’autre. Il marque notre imagination en mettant en scène des personnages féminins forts, des personnages qui souffrent et se battent, qui se réfugient dans leurs croyances, leurs peurs, leurs espoirs, leurs rêves. Qu’il s’agisse de désir ou d’amour, de beauté et de jeunesse chèrement payées, de lettres, de fantômes, de monstres ou de zombies, Frédéric Gaillard revisite les mythes et légendes de manière sombre. La dame blanche, la veuve noire, mais aussi Estula, beaucoup moins comique sous la plume de monsieur Gaillard La femme n’est pas plus infâme que les hommes, mais elle apporte une touche de sensualité au sang et aux cauchemars.

Pour conclure, je recommande vivement ce livre!

Carine Roucan, sur Babelio

 °°°

Ce livre, composé de 15 Nouvelles est entièrement basé sur les histoires avec des femmes. J’ai été très déçue, par ce recueil, sur 15 Nouvelles, seulement 2 ont réussit à faire chavirer mon cœur. En lisant le résumé, je ne m’attendais pas du tout à ça. La plume de l’auteur est agréable même si les histoires ne m’ont pas plu du tout. Comme vous le savez tous, ça ne peux pas plaire à tout le monde, sinon nous aurions tous les mêmes goûts. Je vais quand même vous parler de celle que j’ai aimée le plus, c’est la toute première que vous retrouverez dans ce recueil. C’est un jeune homme qui prend l’ascenseur dans l’endroit où il travail, et d’un coup, il voit sa future vie défiler devant ses yeux. C’est cette nouvelle qui au début, m’a vraiment donné envie, mais dès la seconde, nous passons dans un registre vraiment décalé où l’écriture est vraiment étrange. L’auteur met trop de détails inutiles, ce qui rend l’histoire moins dynamique, mais en revanche, les détails utiles, on n’en retrouve que peu, et finalement, j’ai eu parfois du mal à comprendre. Mais je pense qu’il peut plaire à d’autres lecteurs, ce n’est juste pas à mon goût.

Cloclochette, sur 1001 chroniques en folie

  °°°

Frédéric Gaillard nous livre ici un recueil de quinze nouvelles avec pour thème la femme. La femme, il nous la raconte par biens des manières. La femme objet de désir, objet de convoitise, objet de séduction…

     Certaines nouvelles m’ont plus plus que d’autres. Notamment L’homme de ma nuit, Un manteau de fou-rire, Mademoiselle Abigaël… J’ai beaucoup aimé les personnages. A la fois femme forte, perdu, manipulatrice, vengeresse… Mais les autres histoires ne sont pas en reste loin de là. Frédéric Gaillard a une imagination débordante, il nous entraîne à différentes époques avec des personnages bien différents les uns des autres. Ils revisite les contes, les légendes…, y trouvant l’inspiration, et même ailleurs… On en passe donc par des êtres humains, des sorcières, des succubes, des fantômes et bien d’autres créatures… On y découvre des femmes de tout âge, qu’elles soient enfants ou vieilles femmes, de tout niveau social. Ses nouvelles sont sombres et on est loin du happy-end mais personnellement, je dois dire que j’ai pris beaucoup de plaisir à le lire.
     L’auteur a une plume très fluide, un humour noir débordant et il ne laisse rien au hasard et nous surprend jusqu’à la fin de chaque nouvelle. Et qui n’aime pas être surpris ? C’est, je trouve, de plus en plus rare aujourd’hui. Là, Frédéric Gaillard relève parfaitement le défi. Le tout avec beaucoup de poésie, de douceur malgré toute cette atmosphère assez sombre tout du long du recueil.
     Un recueil que j’ai pris beaucoup de plaisir à lire et je vous invite à en faire autant.
°°°
Super recueil de nouvelles : j’y ai découvert un style et une inspiration un peu différentes du Vieufou que j’ai lu jusqu’ici. Un peu moins de fantastique mais je suis loin de m’en plaindre. En fait, j’arrive difficilement à définir cette impression de différence. Toujours est-il que je me suis régalée de ces portraits de femmes manipulatrices, qui prennent le dessus sur les hommes et de ces portraits d’hommes bien souvent pris au piège, faiblards. Comme Pollux l’écrit dans sa préface, il faut vraiment aimer les femmes pour en parler ainsi !
Danielle Akakpo, sur le forum Maux d’auteurs
°°°
Je suis vraiment heureuse d’avoir été piquée de curiosité pour ce service presse. Si le résumé et la couverture laissent perplexe de prime abord par leur caractère un peu bizarre, le contenu vaut vraiment le détour.

En effet, ce recueil se lit avec une grande facilité. Les nouvelles se suivent et ne se ressemblent pas, mettant en scène des personnages différents les uns des autres mais qui, à un moment ou un autre, vont être tous confrontés au surnaturel.

Outre des qualités de divertissement, les textes de Frédéric Gaillard mettent également le lecteur devant les défauts de plus en plus dévastateurs de notre société : égoïsme, cruauté, lâcheté, … La part du fantastique dans chaque histoire est vraiment bien dosée car les petites touches distillées par-ci par-là, se terminent par un final brut, parfois écoeurant, mais toujours déconcertant.

Personnellement, j’ai beaucoup aimé la nouvelle sur le miroir d’avenir et celle avec la Bella Donna. Cette dernière est absolument infernale, dans tous les sens du terme et mériterait vraiment d’être étudiée par des élèves dans le cadre de l’enseignement du français sur le fantastique. La situation finale laisse vraiment un goût amer dans la bouche, aussi amer que celui dans la bouche du personnage, certainement (il faut lire pour comprendre – beurk). Quant à la nouvelle sur Lili l’écolière, elle m’a vraiment glacée; une horreur absolue pour qui aime les enfants…

L’utilisation d’un vocabulaire parfois soutenu, avec des jeux de mots par exemple, donne à certains passages l’impression d’une poésie entièrement dirigée vers les ténèbres et notre capacité à leur y céder ou non.

Moralité, un recueil vraiment très bon, tant en termes d’inventivité que de linguistique et de frisson. Excellent donc.

Lirélie, sur le blog 1001chroniquesenfolie.com

°°°

Une première chronique vidéo, sur le vlog de mon ami Julien Noël, à découvrir à partir de 10’00

Image de prévisualisation YouTube

Blan-chi-sseu-ze, Julien !

°°°

Frédéric Gaillard m’a contacté tantôt sur Facebook pour me proposer de chroniquer son recueil de nouvelles Infemmes et Sangsuelles. Démarche d’homme de goût ou de vieux fou suicidaire ? Allez savoir…
J’aurais pu accepter pour un tas de raisons – sauver le monde, apporter la lumière à l’humanité, instaurer la République des Lettres sur la terre comme aux cieux… N’ayant pas l’âme d’un Bruce Willis, je me suis rabattu sur deux autres, bien moins triviales. D’une, par narcissisme, je ne refuse rien à un Frédéric. De deux, les 25 bonnes raisons de ne pas lire son recueil m’ont fait marrer.

Je ne connaissais ni le nom ni le travail de Frédéric Gaillard, ce recueil m’a dépucelé. Par chance, son thème ne porte pas sur les camionneurs ou les rugbymen mais sur les femmes. Remarquez, la fréquentation des nanas qui arpentent ces nouvelles n’a rien d’une promenade de santé non plus. Des femmes fatales au sens le plus littéral.

A partir de ce thème, le gaillard livre quinze nouvelles dont le premier mérite réside dans la variété, tout en restant cohérent dans son propos global.
Comme toujours dans un recueil, on n’aime pas tout, mais aucun texte ne m’a paru faiblard. Si je devais monter un podium olympique, mes trois préférés seraient Péché d’argile, L’homme de ma nuit et Un manteau de fou-rire, avec juste derrière Le Diable et la Diva et L’affaire est dans le sac.

L’inspiration des textes emprunte beaucoup au folklore (catoptromancie, pacte avec le Diable…) et aux figures féminines classiques de la littérature fantastique (succube, sorcière, dame blanche…), sans répéter ce qui a déjà été écrit mille fois par les petits et grands noms du genre. Gaillard joue aussi beaucoup sur les stéréotypes, de l’empoisonneuse à la toquée de fourrure. Sans oublier bien sûr le sac à main, artefact qui s’ouvre sur une autre dimension et malmène les lois de la physique (enfin, c’est comme ça que je le conçois quand je vois qu’une nana peut sortir trois m3 de matos d’une besace de rien du tout).
Seul hic de ces sources d’inspiration – je pense surtout au folklore –, peu de nouvelles sont parvenues à me surprendre et j’ai souvent deviné la chute très tôt. Pour le coup, ce n’est pas tant la faute de l’auteur que la mienne. J’ai été élevé à la nouvelle et me suis enfilé les intégrales de Lovecraft, Poe, Dick, King, Matheson, Leiber, Howard… sans compter je ne sais combien d’anthologies pleines de nouvellistes dont les noms rempliraient un bottin. A force de décortiquer les mécanismes, ressorts et astuces, on en arrive à voir où le récit cherche à nous emmener. Là-dessus, depuis tout gamin, j’ai englouti des centaines d’œuvres fantastique (romans, nouvelles, essais, jeux de rôle, films, séries…) qui m’ont transformé en une espèce de Wikipedia du surnaturel.
Lieu commun des boulimiques de lecture : y a des jours où on aimerait bien retrouver notre virginité pour profiter de la force de certains récits.
Résultat des courses, ma connaissance du genre a torpillé l’effet de L’homme de ma nuit et Péché d’argile, alors qu’il s’agit des meilleures du bouquin. Comme quoi la culture générale n’a pas que du bon…
Au moins elle m’a permis de constater que le travail de Gaillard suit sa propre route. Je prendrai deux exemples. Cet indéfinissable charme dégage un parfum lovecraftien. Pour autant, elle ne se contente pas de stagner dans le pastiche, tel un duc de Clarence anisophile. Un manteau de fou-rire se positionne quelque part entre Les Oiseaux d’Hitchcock et certaines nouvelles de Danse macabre de Stephen King, deux maîtres souvent dépouillés par les auteurs adeptes du prêt-à-porter discount. Gaillard taille à son héroïne un costard maison, dans un esprit analogue mais avec une griffe personnelle.

Sur la forme, pas grand-chose à redire. Léger bémol sur l’emploi des adverbes en -ment (oui, je sais, c’est une manie chez moi, mais je les ai en horreur), pas excessif mais y a moyen d’en nettoyer quelques-uns par-ci par-là.
Si le style global donne l’apparence du classicisme, il ne s’agit que d’un vernis. Certains s’y cantonnent et versent dans l’académisme ennuyeux du narrateur “je” qui assomme le lecteur à coups de passé simple. Gaillard au contraire le dépasse pour déployer la richesse de sa langue. La métaphore filée fructo-florale dans Bella donna en donne un très bon exemple. D’un texte l’autre, il sait se montrer poétique sans devenir soporifique, glisser de l’humour noir et des jeux de mot sans passer pour un gros lourd, brosser une scène en équilibrant ambiance et efficacité. Une touche de ci, une touche de ça, un tableau d’ensemble qui fonctionne, chaque texte s’apparente à une toile pointilliste.

Verdict, un bon recueil, une découverte intéressante, je ne regrette pas d’avoir accepté cette lecture.
A noter qu’Infemmes et Sangsuelles est en lice pour le Prix Masterton. Je me dis que des gens qui eu le bon goût de récompenser Kaan et Hauchecorne savent ce qu’ils font.
Pour ma part, j’attends 2017 avec impatience. Avec ce recueil, je tiens une bonne idée de cadeau pour la Saint-Valentin et la fête des mères.

Fred K. sur le blog Un K à part

°°°

Je tiens tout d’abord à remercier l’auteur pour ce partenariat ! Cela m’a permis de découvrir un tout nouveau genre de livre : le recueil de nouvelles. Je ne savais pas trop à quoi m’attendre en lisant ce recueil fantastique car je ne lis jamais de nouvelles. Mais ce fut une bonne découverte de ce genre de livre ! Ce qui m’a d’abord intriguée avec ce recueil, c’est avant tout sa couverture et son résumé assez accrocheur ! Cela m’a donné envie de commencer le livre

Le thème principal de ce recueil est la femme. Qu’elle soit fermière, sorcière ou autre, l’auteur nous présente des femmes sous tous les aspects. Les petites histoires sont diverses et variées avec chacune leur lot de problèmes et de découvertes.

Chaque nouvelle est assez originale et c’est certainement le point fort de l’auteur ! On y découvre des personnages assez uniques en leur genre et très variés ! Même si c’est un recueil de nouvelles, j’ai trouvé que les petites histoires et leurs personnages sont plutôt bien développés et crédibles. On sent qu’il y a un réel travail derrière chaque nouvelle pour nous proposer quelque chose de ficelé !

Pour en revenir aux personnages, il y en a pas mal dans chaque nouvelle mais l’auteur fait tout pour nous faire plonger dans l’histoire afin qu’on comprenne qui sont les personnages, ce qu’ils font, etc. C’est un bon point car on arrive à se propulser et à vivre chaque scène à travers les yeux des narrateurs. Le contexte de l’histoire et l’identité des personnages nous sont dévoilés au fur et à mesure, ce qui nous rend assez curieux.

Parlons un peu de la plume de l’auteur ! Je la trouve vraiment bien, avec un vocabulaire riche et une fluidité très agréable. Cela nous donne envie de poursuivre notre lecture et de comprendre enfin le pourquoi du comment de chaque nouvelle ! Le style d’écriture de l’auteur est aussi très poétique et j’ai bien aimé !

A propos du côté fantastique du recueil, j’aime beaucoup ! L’auteur a une grande imagination pour nous proposer ce côté surnaturel tout en mêlant le réalisme ! Parfois, il y a aussi un aspect assez mystérieux qui m’a beaucoup plu dans le sens où cela apporte du suspens. On veut comprendre, même si parfois on n’a pas toutes les réponses à nos questions.

En bref, un recueil où se mélange réalisme et fantastique dans des nouvelles travaillées et originales ! Je recommande ce livre si vous aimez les nouvelles et le fantastique, moi j’ai bien aimé !

Manon, sur le blog La petite étagère

°°°

Infemmes et Sangsuelles est un recueil de nouvelles dont j’attendais un certain mystère et une certaine magie. Je fus quelque peu déçue du voyage.

Effectivement, ces histoires courtes sont parfois mystérieuses, même peut être un peu trop, j’ai parfois eu du mal à comprendre l’auteur et où nous menait son récit. Quelques-unes étaient emplies de magie, mais ne m’ont pas touché.
 Je ne dis pas que l’ensemble du recueil est à jeter, j’ai été emportée par certaines de ses histoires et j’aurais même aimé que certains soient plus développés. Mais dans l’ensemble, c’est le problème de cet ouvrage, son manque de profondeur. Tous ces récits restent très en surface et vont rarement jusqu’au bout de leur potentiel. Je pense principalement à la nouvelle sur la petite laverie qui m’a fait frémir d’envie, il y avait tellement de matière à écrire à inventer sur ce sujet que je ne peux m’empêcher d’être déçue par la longueur. Pour d’autres, elles sont parfois un peu trop longue, je pense principalement à l’histoire des princes frères qui se font la guerre à l’aide de sorciers jumeaux, le mystère étant si vite résolue que l’histoire en perd tout son intérêt. Après, il y a celle qui sont comme elles doivent l’être et qui ont réussi malgré leur côté minimaliste à me combler, comme par exemple cette histoire de Diva qui a vendu son âme, celle-là, elle m’a emporté et m’a emmené jusqu’au bout de son périple.
 Comme pour la profondeur, la plume de l’auteur est assez variable, à tel point que je me suis demandée à plusieurs reprises s’ils n’étaient pas plusieurs à avoir écrit ce recueil. Pour certaines d’entre elles, l’écriture est fluide, d’une douceur à couper le souffle et peut vous emmener très loin sans que vous ne voyez les mots s’aligner. Pour d’autres, j’ai eu l’impression que l’auteur cherchait à en faire bien trop, cherchant des tournures de phrases alambiquées, des sous-entendus non nécessaires et autres procédures trop lourdes…
 Finalement, je dirais aussi que l’image qui est renvoyée des femmes, dans ce roman, ne m’a pas plu. On n’a que peu de choix finalement : les femmes manipulatrices, les femmes soumises, les femmes vengeresses, les femmes orgueilleuses… Il y a aussi des femmes fortes et simples comme pour l’histoire de la laverie magique. Mais principalement c’est une image négative qui ressort de la gente féminine et ça m’a un peu gêné, je dois l’avouer.
 En bref, un recueil de nouvelles qui devrait trouver son public, mais qui m’a assez déçu malgré son résumé intriguant. Principalement dû à un manque de stabilité entre les histoires. Des grands écarts de profondeurs, de développement et même de plume sont à noter entre les nouvelles et m’ont un peu décontenancé. Certaines m’ont transporté au point que j’en redemandais, alors que d’autres m’ont ennuyé à mourir… Dommage.
Ferilou, sur le blog Read and escape
°°°
J’ai adoré ce recueil de nouvelles ! C’est bien écrit, dans une langue érudite, au vocabulaire riche mais jamais ni ennuyeuse ni compassée. L’auteur est capable de passer d’un registre familier - »Ce sac est un vrai foutoir. Elle qui se targuait de ne pas être bordélique ! »- à une prose poétique et chantante - »Bella était un de ces fruits mûrs … un fruit de la passion réchauffé jusqu’en son cœur par le soleil d’un été finissant, courtisé par des essaims d’insectes pollinisateurs », puis de nous propulser dans une époque lointaine dès la première phrase - » Ce matin, la vieille sorcière qui gîte une masure à l’écart du petit de petit bourg de Près-de-là, bien que percluse des maux de l’âge, est d’humeur bucolique ».
Vous l’aurez compris, les héroïnes sont des femmes … folles, démoniaques, cruelles, ensorceleuses, manipulatrices, mais aussi émouvantes, glaçantes, mystérieuses (Après avoir lu « Une ronde endiablée » vous ne regarderez plus jamais une cour de récréation avec le même œil !). Mais pour les évoquer avec autant de verve et de sensibilité, il faut assurément que l’auteur les admire, pénètre leur âme pour comprendre leurs forces et leurs faiblesse. Et finalement les aime … bien au delà de ce que ce titre un peu provocateur ne pourrait laisser supposer !
Colette R. sur Amazon
°°°


2 commentaires

  1. Vieufou 11 novembre

    Très touché par ton avis, venant d’un nouvelliste émérite.
    http://ericgohier.e-monsite.com/
    je suis toujours ravi quand j’arrive à « convertir » au genre des lecteurs réfractaires ou peu habitués.

    Répondre

  2. Eric GOHIER 11 novembre

    Je viens de finir la lecture de ce recueil. J’avoue en toute sincérité y avoir pris beaucoup de plaisir bien qu’appréciant modérément le genre d’ordinaire. Je ne parle pas de nouvelles bien sûr mais de fantastique. Parmi mes préférées, je citerai : Péché d’argile, Dans les cheveux de la sorcière, L’affaire est dans le sac, Le reflet du désir et Un manteau de fou-rire. Cela ne veut pas dire naturellement que je n’ai pas aimé les autres car toutes sont admirablement rédigées dans un style léché, appuyées par une langue diablement maîtrisée et un humour affleurant à la surface du texte avec un savant dosage. On devine, comme le dit Emmanuelle Cart-Tanneur (une autre pointure de la nouvelle) dans sa préface, que tu as baigné très tôt dans le genre et que tu en es pénétré avec une sorte de grâce qui marie les mots en un plaisant ruissellement dans lequel tu noies allègrement tous les travers humains et les dérives d’une société s’écrawlant gaiement vers son déclin. Un seul conseil : continuer et ne rien changer… ce serait dommage. La littérature fantastique possède un gaillard bras armé.

    Répondre

Laisser un commentaire

Alunya |
Freewomen |
Laplumeduphenix |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | A Spotlight On Trouble-Free...
| Algorimes
| Methods to increase your we...